Rénover vos pièces métalliques : le décapage, une opération indispensable ?

Lors de toute rénovation d’une pièce métallique, il est nécessaire de la traiter. L’application d’une peinture ne peut être envisagée sans cette opération sous peine d’être exposée à des problèmes de décollement, de perte d’adhérence et de propagation de la corrosion (qui se développe sous le film de peinture). Dans tous les cas, la finalité est la même : une détérioration prématurée du revêtement de peinture et de la pièce.

Comment préparer votre rénovation ?

Pour se prémunir de tels désagréments, il faut décaper les pièces afin de débarrasser le support des différentes couches de peinture et des contaminations.

Les contaminations sont principalement :

  • Des souillures en surface : essentiellement des corps gras
  • Des couches d’oxyde : communément appelés rouille

Les opérations décapage le plus répandues sur support acier sont le sablage et le grenaillage : on parle aussi de préparation mécanique.

La préparation mécanique 

Elle consiste à la projection de matières abrasives à la surface d’un substrat en mode automatique ou manuel. Au cours du grenaillage, l’abrasif sera recyclé et réinjecté dans un mélange constitué d’abrasif neuf et recyclé. Ce mélange doit être correctement ajusté et maîtrisé afin d’obtenir une qualité constante.

La préparation mécanique permet de :

  • Décaper la pièce
  • Créer une rugosité à la surface de la pièce favorisant l’adhérence des revêtements de poudre.

Comment fonctionne le décapage ?

Il existe 4 critères à considérer lors d’une préparation mécanique

  • Le type d’abrasif  : le corindon : un oxyde d’aluminium (Sablage ), la Grenaille acier et la Grenaille inox (Grenaillage).

Le sablage est communément utilisé pour des pièces peu massives à la différence du grenaillage. La grenaille employée peut être de différentes formes suivant le type de pièce traité et les performances.

  • Le degré de soin

Le degré de soin est une norme qui évalue visuellement le pourcentage de surface recouverte par les impacts d’abrasif. Le degré minimal requis pour toute protection anticorrosion par un système de peinture est Sa 2,5.

  • La rugosité

Évaluée par un certain nombre de composantes elle permet de mesurer l’état de surface du support. Selon qu’on applique un système bi-couche (primaire + finition) ou une finition seule, il faut adapter le grenaillage. Les valeurs de rugosité requises sont ainsi différentes.

  • La contamination résiduelle de surface

Il faut absolument préserver la pièce de toute la pollution inhérente à un atelier à la suite du traitement. Aussi un certain nombre de précautions sont à prendre. Les pièces doivent ainsi être soufflées avec une qualité d’air maîtrisée. Elles ne doivent pas être manipulées à main nue et le port des gants est obligatoire. Une fois la pièce traitée elle doit être revêtue le plus rapidement possible.

Comme vous pouvez le voir, la préparation mécanique nécessite un savoir-faire, une technicité et des contrôles qui doivent être adaptés à un cahier des charges précis. Un travail à confier à de vrais professionnels. Les professionnels du réseau RE-PAINT vous accompagnent dans votre projet de rénovation d’objet métalliques. Trouvez dès maintenant un professionnel proche de chez vous.